Avis


Le site est actuellement en cours de mises à jour, rendant certains contenus indisponibles.
Veuillez nous excuser pour ce désagrément, les mises à jour seront à nouveau accessibles prochainement...

La formation des demandeurs d'emploi: un enjeu majeur! PDF Imprimer Envoyer

COMMUNIQUE DE PRESSE

22 février 2013

La formation des demandeurs d’emploi : un enjeu majeur !

Le MR critique le peu d’ambition révélé par l’accord de coopération Région-COCOF

sur les politiques croisées emploi-formation

S’il a fallu près de quatre ans au Ministre Cerexhe pour présenter au Parlement un accord de coopération annoncé en 2009 destiné à rapprocher la politique de l’emploi et celle de la formation de la Région Bruxelloise et de la COCOF, on aurait pu s’attendre à un accord précis et ambitieux. Rien de tout cela, constate le groupe MR et plus particulièrement Mesdames Françoise Schepmans et Jacqueline Rousseaux.

L’accord présenté s’apparente plus à un catalogue de bonnes intentions qu’à une politique claire avec des objectifs précis et des décisions ambitieuses. Les seules vraies nouveautés sont d’une part l’introduction de la coopération avec le SFPME et l’EFPME, le secteur de formation aux métiers « Classes moyennes » (plus de 50), mais peu de précisions quant à ladite coopération, et d’autre part la décision d’instaurer un dossier unique du demandeur d’emploi pour faciliter la fluidité de son parcours.

Deux orientations que le MR salue, de même que la collaboration entre le VDAB et les Centres de références. Pour le reste, pas de délai pour la réalisation de l’accord, pas de planning, pas d’indication quant aux moyens mis en œuvre pour l’exécuter.

La députée MR Jacqueline Rousseaux estime que, dès lors que l’absence de bilinguisme des demandeurs d’emploi bruxellois handicape lourdement leurs chances de trouver un travail, il faudrait organiser structurellement un système intrabruxellois du style ERASMUS, permettant d’une part l’échange de formateurs entre organismes de formation similaires d’un régime linguistique vers l’autre (par exemple CYNTRA-EFPME), et d’autre part permettant aux demandeurs d’emploi et aux jeunes en formation d’un régime linguistique de suivre une partie de leur formation les préparant à un métier dans un organisme de l’autre régime linguistique et d’apprendre ainsi d’emblée le vocabulaire propre.

La députée MR a regretté qu’à ce sujet, si le Ministre Cerexhe a déclaré que des échanges de formateurs se faisaient parfois, il a estimé – curieusement – qu’on ne pouvait organiser la circulation des apprenants d’un régime linguistique vers l’autre, en raison du fait que certaines personnes en formation ne parleraient ni le français ni le néerlandais. Les lacunes des uns ne peuvent handicaper les chances de formation bilingue des autres, estime Mme Rousseaux.

D’autres remarques concernent l’absence de référence précise aux objectifs européens en matière de formation notamment, alors que l’Europe prône le développement des formations dans les T.I.C., secteur porteur pour une Région sans ressources autres que sa matière grise et sa force de travail.

Madame Rousseaux s’est insurgée contre le refus du Ministre Cerexhe de communiquer copie de l’accord de coopération passé entre Actiris et Bruxelles-Formation, deux organismes publics, au prétexte qu’il s’agirait d’un accord « interne » entre les 2 organismes. Estimant cette attitude incompréhensible, contraire à une politique de transparence et inacceptable, la députée MR se demande « que veut-on nous cacher ? » et dès lors que l’accord de coopération soumis ce jour au vote en annonce d’autres à conclure, elle estime que l’ « on veut nous faire acheter un chat dans un sac » et que le voile doit être levé sur la nature et le contenu précis des accords entre acteurs de la politique de l’emploi et de la formation.

Enfin, elle a déploré qu’ACTIRIS et le SFPME organiseront (art 26§4) des séances d’information pour les demandeurs d’emploi ou les personnes en formation « classes moyennes » sur les dispenses de pointage et cumul des allocations, plutôt que sur les obligations sociales et fiscales des travailleurs et futurs entrepreneurs. Cela en dit long sur « l’esprit des auteurs de cet accord plus dirigés vers les droits des travailleurs et des chômeurs que vers la formation à l’esprit d’entreprise » regrette-t-elle.

Pour toutes ces raisons, le MR s’est abstenu, voulant ne pas s’opposer aux faibles avancées qu’il contient d’une part, et d’autre part souligner les faiblesses et lacunes de l’accord et rappeler le Ministre à ses devoirs.

Contact presse :

Jacqueline ROUSSEAUX - 0477 56 03 16 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Mes priorités belges et européennes

drapeau_belgique
drapeau_europeen

Contactez-moi

N'hésitez pas à me communiquer vos avis, vos attentes :email

info@jacquelinerousseaux.be
Jacqueline Rousseaux - Députée bruxelloise
57 rue du Lombard, bureau709 -1000 Bruxelles
T. 02 549 65 06 - F. 02 549 65 07