Avis


Le site est actuellement en cours de mises à jour, rendant certains contenus indisponibles.
Veuillez nous excuser pour ce désagrément, les mises à jour seront à nouveau accessibles prochainement...

L'avenue du Port PDF Imprimer Envoyer

Intervention de Madame Jacqueline Rousseaux, députée MR, en Commission Infrastructure au Parlement bruxellois le 21/9/2011 s’adressant à la Ministre Madame Grouwels et au Secrétaire d’Etat Monsieur Emir Kir.

Jacqueline Rousseaux, députée bruxelloise MR,  demande de préserver les 300 platanes,

de songer aux fortes pluies et de prévoir des espaces d’écoulement naturel des eaux (pelouse, bandes de terre…) dans les plans de réaménagement de l’avenue du Port et le choix du revêtement de celle-ci et de ses abords. 

 

Madame la Ministre, Monsieur le Secrétaire d’Etat,

Ce n’est pas la première fois que la question du maintien du patrimoine arboré est posée dans ce Parlement.

Sous la législature précédente déjà je me suis battue avec Madame M. Lemesre (MR)  et Monsieur J.L. Vanraes (VLD)  pour éviter l’abattage des marronniers de l’avenue Churchill. Ce combat nous a conduit Madame Lemesre, Monsieur Vanraes et moi-même à déposer  une proposition de résolution en 2006 pour la protection des arbres de la Région de Bruxelles-Capitale et en particulier les marronniers.

Nous avons redéposé en septembre 2009, au début de cette législature, une nouvelle version de ce texte. Il ne fut présenté en Commission Environnement qu’en mai 2010 et comme la Ministre Huytebroeck a annoncé qu’elle déposerait un projet d’ordonnance cadre Nature avant la fin 2010 il fut décidé de postposer l’examen de notre texte  pour l’examiner plus tard en même temps que le projet annoncé par la Ministre Huytebroeck. Nous attendons toujours ce projet « Nature » et nous sommes fin septembres 2011 ! Entretemps des allées entières de marronniers, de cerisiers et autres arbres ont été supprimées. Parmi l’ensemble des choses que nous demandons dans notre texte, nous demandons, entre autres :

-          de reconnaître le caractère exceptionnel des marronniers et autres espèces d’arbres de prestiges, et les platanes en sont, sur l’ensemble des grands axes de la Région et des communes.

-          d’établir une plate forme de concertation et des codes de bonne conduite afin d’harmoniser les interventions des divers acteurs des réaménagements.

Je rappelle que les arbres, outre le plaisir qu’ils procurent à la population et la beauté qu’ils confèrent à nos rues et à notre ville-région, ont bien d’autres qualités : ils absorbent le bruit, protègent tantôt des pluies tantôt du soleil, dégagent de l’oxygène, absorbent la pollution, abritent des oiseaux et insectes utiles à l’écosystème.

 

 

Par ailleurs supprimer ces arbres et supprimer les pavés pour accentuer le revêtement de l’avenue du Port en dolomie, le bétonner, très en profondeur - 80cm c’est énorme, où les racines des nouveaux arbres pourront-elles encore s’étendre ? - tout cela est une démarche qui, au regard des inondations  importantes de ces deux dernières années et au changement climatique, devrait être revue.

On sait qu’au fil du temps notre ville-région a été « dolomisée » de plus en plus,  empêchant l’écoulement naturel des eaux dans les bandes de terre entourant ou longeant les arbres et les rues, dans les pelouses aussi,  au point de créer des inondations dommageables pour tous, voire dangereuses.

Il faut absolument dans les aménagements futurs du territoire de notre région tenir compte de cette réalité et devenir prévoyants, intégrer le besoin de zones d’écoulement naturel partout où c’est possible. L'avenue du Port est, bien entendu, concernée par une telle nécessité.

En conclusions :

-          la préservation de notre patrimoine arboré et de nos espaces verts,  pour l’ensemble des vertus qui y sont associées

-          la nécessité de cesser dorénavant  de supprimer des zones d’écoulement naturel des eaux de pluie, voire d'en aménager de nouvelles

-          celle de gérer avec parcimonie les finances publiques

-          l’attention à apporter aussi aux souhaits des riverains, dont par ailleurs je salue la détermination,

tout cela me conduit, comme ma collègue Madame Teitelbaum et autres collègues du groupe MR,  à vous demander de revoir ce dossier avec l’optique, entre autres,  de préserver les arbres.

La plupart des 300 platanes de l’avenue du Port  sont sains et ne justifient pas d’abattage. Pourquoi abattre des arbres en bonne santé et loin d’être en fin de vie ? L’abattage, le dessouchage et le remplacement représentent un coût non négligeable. S’ajoute donc  la prise en  considération de l’opportunité de dépenses inutiles à ce sujet alors que la Région ne cesse de dire qu’elle manque de moyens.
 

Mes priorités belges et européennes

drapeau_belgique
drapeau_europeen